Non classé

Carex sylvatica

Lors d’une petite visite dans le bois de Menucourt, nous avons fait l’observation d’une herbe haute, bien verte et assez farfelue… Un Carex !

Alors oui mais lequel ? Sur les 58 recensés en Île de France, nous voilà en face au Carex sylvatica, communément appelé la Laîche des bois. Cette plante de la famille des Cypéracées, se plait bien dans les boisements de notre territoire.

Laîche des bois, Carex sylvatica – Menucourt © CACP – Emilie Périé

Omniprésente dans tous les boisements de la région, sans véritable lacune; ce carex est une espèce qui aime l’ombre ou le demi-ombre, les sols frais et profonds : layons, coupes et sous-bois des chênaies-charmaies, hêtraies et autre boisements… La Laîche des bois est l’une des plus communes en Île-de-France.

Laîche des bois et ses épis, Carex sylvatica – Menucourt © CACP – Emilie Périé

On la reconnait par sa couleur verdoyante, un port touffu, ses longues feuilles élancées vers le haut avec une légère inclinaison. Elle entre en période de floraison entre mai et aout, le Carex sylvatica se compose de petits épillets verts le long de ses tiges. Avec un unique épi mâle brun clair et allongé quand il n’est pas encore ouvert, et trois à cinq épis femelles qui pendent à l’extrémité de longs pédoncules.

Laîche des bois, Carex sylvatica – Menucourt © CACP – Emilie Périé

Un carex beau et élancé, mais on vous conseille tout de même de faire attention en le manipulant. Carex venant du mot « kairo » en grec, signifie littéralement « couper », faisant référence aux feuilles finement dentelées sur les bords, qui peuvent occasionnellement blesser la peau de la main si elle glisse dessus ! Prenez garde…

Pour encore plus de Carex :

La laîche des rives – Nature en ville à Cergy-Pontoise

Inventaire botanique à  Maurecourt : la forêt – Nature en ville à Cergy-Pontoise

Sources

Carex sylvatica Huds – Laîche des bois

Non classé

Accueillir la biodiversité au jardin

Les jardins sont souvent perçus comme les reflets de l’harmonie entre l’Homme et la nature, ces lieux ont captivé et inspiré l’humanité à travers les âges. Des simples potagers aux jardins parfaits à la française inspirés d’André Le Nôtre, chaque type de jardin raconte une histoire unique, reflétant la culture, le climat et les aspirations de ceux qui les cultivent.
Cependant, on observe que les jardins peuvent être à la fois des atouts et des défis pour la biodiversité, selon la manière dont ils sont aménagés et entretenus…

Aujourd’hui on vous présente un nouveau rapport de l’ARB Île-de-France « Accueillir la biodiversité dans son jardin » disponible juste ici 👉 Rapport – Accueillir la biodiversité dans son jardin – ARB IDF 2024

La prairie du jardin des taillis, gestion différenciée – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Ce rapport est une ressource précieuse pour quiconque souhaite créer un espace accueillant pour la biodiversité. Il couvre une gamme de sujets essentiels, de la gestion de l’eau à la création d’habitats pour différentes espèces, en passant par des conseils pratiques sur la manière de favoriser la diversité des plantes et des animaux dans un environnement urbain ou domestique.

Jardin « Solstice » de Nicholas Tomlan © Gilles Carcassès

Il est aussi bien utile pour ceux qui veulent faire leur part pour soutenir la biodiversité locale tout en créant des espaces agréables et fonctionnels. Vous y trouvez aussi des réponses aux questions fréquemment posées aux naturalistes qui aident à dissiper les préoccupations ou les malentendus courants.

Une partie est consacrée aux espèces végétales locales et est particulièrement intéressante, elle encourage l’utilisation de plantes adaptées au climat et au sol de la région, ce qui peut contribuer à promouvoir la résilience et la durabilité écologique à long terme.

En somme, ce carnet est une ressource complète pour ceux qui veulent agir en faveur de la biodiversité dans leur jardin.

Sources

Rapport – Accueillir la biodiversité dans son jardin – ARB IDF 2024

Article – Accueillir la biodiversité dans son jardin – ARB

Retrouvez nos précédents articles sur les jardins écologiques

Rentrée 2024 du jardin école de Vauréal – Nature en ville à Cergy-Pontoise

Agenda

Fête de la nature 2024

Dans un monde où notre vie urbaine nous entraîne loin de nos racines vertes, un évènement festif émerge comme une bouffée d’air frais, une célébration vibrante où l’enthousiasme règne en maître… Chaque année, au mois de mai, la France s’éveille à l’unisson avec la Fête de la Nature, un événement majeur célébré le 22 mai, date emblématique de la Journée Internationale de la Biodiversité !

Préparez-vous à être éblouis, car cette fête de 5 jours promet une multitudes d’expériences enrichissantes ! Elle est avant tout l’occasion idéale de se laisser transporter par le chant des oiseaux, de ressentir le frisson de l’aventure dans les bois, et de redécouvrir la biodiversité du territoire.

Fête de la nature 2023 Courdimanche – © CACP – Emilie Périé

Sur le site de la Fête de la Nature, une multitude de manifestations, orchestrées par des associations de préservation de la nature, des collectivités locales, des écoles, des entreprises et des individus passionnés sont dore et déjà disponibles.

Retrouvez toutes les activités prévues autour de chez vous et dans la France entière en cliquant sur le lien suivant : Programme complet | Fête de la Nature

Sources

Fête de la Nature (fetedelanature.com)

Non classé

Une beauté céleste dans les jardins terrestres

Bravo à celles et ceux qui ont trouvé notre belle stellaire !

Largement distribuée en Île-de-France, on vous présente la Stellaire holostée, Stellaria holostea. Cette plante herbacée vivace appartient à la famille des Caryophyllacées et fleurit généralement au printemps et au début de l’été (avril à juin). Ses fleurs, d’un blanc pur, sont souvent mises en valeur par un feuillage vert vif, créant un contraste saisissant avec le paysage environnant.

Stellaire holostée, Stellaria holostea – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Originaire des régions tempérées de l’hémisphère nord, la fleur stellaire holostée pousse dans les prairies, les lisières forestières et les zones herbeuses. Elle se caractérise notamment par ses tiges rudes portant des grappes de petites fleurs blanches disposées en forme d’ombelle au sommet. Chaque tige mesure 30 à 60 cm, les fleurs vont de 20 à 30 millimètres de diamètre et sont bien plus grandes que les sépales.

Stellaire holostée, Stellaria holostea © CACP – Gilles Carcassès

La Stellaire holostée tire son nom évocateur de la disposition étoilée de ses petites fleurs blanches mais aussi de ses tiges rigides et cassantes évoquant des « os ». Le terme grec holos veut dire «entier» et osteum «os», holostea est donc «tout en os» !

Sources

Flore d’Ile-de-France – Clés de détermination, taxonomie, statuts par Philippe Jauzein et Olivier Nawrot – Collection guide pratique 2013

Flore d’Ile-de-France par Philippe Jauzein et Olivier Nawrot – Collection guide pratique 2011

Agenda

Evénements ornitho de mai

Le 8 mai 2024 : Opération 08 mai ornitho !

Pic épeiche mâle – Cergy © CACP – Emilie Périé

La LPO Île-de-France poursuit son initiative « Observer utile, 5 min pour un EPOC », visant à générer un maximum de données via le protocole EPOC (estimation des populations d’oiseaux communs) le 8 mai. Il s’agit de choisir un point (ou plusieurs !) et de noter tous les oiseaux vus ou entendus à 200 mètres à la ronde pendant une durée de 5 min. Pour contribuer, enregistrez vos observations directement avec NaturaList ou sur Faune France après les avoir noter dans un carnet.

Comme l’an dernier, un tirage au sort parmi les participants récompensera les fournisseurs de données les plus assidus !

Comptage annuel des Oiseaux des jardins de mai

Rougequeue noir – Courdimanche © CACP – Emilie Périé

Comme tous les ans, le dernier weekend de mai est consacré au comptage des Oiseaux des jardins.

La mésange charbonnière © CACP – Emilie Périé

Retrouvez dans nos articles quelques outils vous préparer à ces suivis :

Vous pouvez aussi nous raconter vos rencontres avec ces boules de plumes dans la section commentaire ou sur la page Facebook du service !

Sources

LPO Île-de-France – Agir pour la biodiversité

Toutes les actualités – LPO

Calendrier d’activités LPO IDF 2024

Non classé

Enquête citoyenne Hirondelles et Martinets

Les hirondelles et les martinets, deux groupes emblématiques des oiseaux migrateurs, sont depuis toujours des symboles de l’arrivée du printemps et de la douceur des jours d’été. Leur silhouette gracieuse dans le ciel, leurs vols acrobatiques et leurs chants joyeux font partie intégrante de notre paysage et ne vont pas tarder à venir égayer nos journées. Cependant, ces espèces, qui ont élu domicile dans nos constructions, sont particulièrement vulnérables aux travaux de rénovation ou d’isolation.

Hirondelles de fenêtre, Delichon urbicum – Grouchy © CACP – Gilles Carcassès

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Île-de-France lance une enquête citoyenne afin de mieux identifier la présence des nids d’hirondelles et de martinets. L’objectif principal de cet observatoire est de sensibiliser l’ensemble de la population et de prévenir les destructions de nids (rappel : les hirondelles et martinets sont des espèces protégées, la destruction des nids est interdite et passible d’une amende relativement salée). Un bel exemple de préservation des nids sur un bâtiment est celui du château de Grouchy !

Aussi, si vous observez des nids d’hirondelles ou de martinets vous pouvez participer à l’enquête Mobilisation pour les Martinets et Hirondelles !

Sources :

Programmes et enquêtes : GeoNature-citizen (arb-idf.fr)

Fiches d’aide à l’identification : Hirondelles et Martinets – LPO

Retrouvez les portraits des espèces cergypontaines :

L’hirondelle rustique

L’hirondelle de fenêtre

Le martinet noir

Non classé

Pas un pissenlit : les Séneçons

Nous revoilà avec nos faux pissenlits et pour se faire on reste dans le thème avec des plantes de la famille des astéracées jaunes : j’ai nommé les Séneçons.

Il est possible d’observer une dizaine d’espèces de Séneçon en Île-de-France dont le célèbre Séneçon du Cap, le Séneçon jacobée, le Séneçon commun ou encore le Séneçon visqueux.

Sur le plan étymologique, Séneçon ou Senecio son nom scientifique, vient du latin senex « vieillesse » ou « sénescence » qui fait probablement allusion aux aigrettes blanches des fruits.

Séneçon commun, Senecio vulgaris – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Le fruit du Séneçon commun est celui qui se rapproche le plus du pissenlit. Ce séneçon est une plante annuelle omniprésente et très abondante dans toute la région. Physiquement il présente de longs poils laineux formant souvent des bourres à l’aisselle des feuilles et rameaux, il se distingue par sa tige dressée et ramifiée, pouvant mesurer de 10 à 50 cm de hauteur.

Considéré comme une adventice urbaine, il se trouve facilement dans les friches, pépinières, décombres, trottoirs, jardins etc… Il n’est cependant pas le bien venu dans les prairies puisqu’il semble être toxique en cas d’ingestion par les herbivores.

Le séneçon de Jacobée, Jacobaea vulgaris © CACP – Emilie Périé

Du côté du séneçon de Jacobée (Jacobaea vulgaris) la différence avec le pissenlit est d’autant plus marquée que ce séneçon a deux types de fleurs : ligulées (en forme de pétale) et tubulées (en forme de tube) ; comme une pâquerette par exemple.

Ces fleurs ont un lien fort avec les pollinisateurs, on note par exemple le papillon Goutte de sang dont la chenille est inféodée au séneçon de Jacobée.

Tyria jacobaeae, chenille © CACP – Emilie Périé

Un webinaire spécial pollinisateurs

L’occasion de vous parler du deuxième épisode du cycle de conférences Fausses bonnes idées, « Les abeilles domestiques vs les pollinisateurs sauvages » qui aura lieu le 29 avril. Le programme complet et inscription sur la page de l’Agence Régionale de la Biodiversité.

Fausses bonnes idées © Agence Régionale de la Biodiversité en Île-de-France

Retrouvez dans ces articles les autres fleurs de la série :

Pas un pissenlit : les crépis

Pas un pissenlit : la lampsane

Pas un pissenlit : les laiterons

Pas un pissenlit : les laitues

Pas un pissenlit : la porcelle enracinée

Pas un pissenlit : les deux picris

Agenda

L’OPIE ouvre ses webinaires ! 🐞

L’OPIE (Office pour les Insectes et leur Environnement) lance une série de six webinaires gratuits ouverts à tous, offrant une plongée passionnante dans le monde fascinant des insectes.

Grande sauterelle verte – Saint-Ouen l’Aumône © Sébastien LEROUX

Animés par des experts, ces sessions interactives promettent de captiver l’audience en explorant divers aspects de l’entomofaune. Du plaisir de s’émerveiller devant ces petites créatures à l’exploration de leur histoire, en passant par la réflexion sur notre relation actuelle avec elles, jusqu’à l’anticipation d’un avenir où elles joueraient un rôle différent, chaque webinaire promet une expérience enrichissante et stimulante.

Une vanesse de l’ortie se régale des fleurs du butome © CACP – Gilles Carcassès

Les participants seront également invités à contribuer en posant des questions et en partageant leurs réflexions sur les insectes, la recherche entomologique et les actions concrètes pour les protéger. Avec quatre sessions prévues entre fin avril et fin juillet, cette première partie du programme s’annonce comme une opportunité passionnante de réaliser un état des lieux des relations entre humains et insectes !

Toutes les webinaires sont réalisés les mercredis de 18h30 à 19h30 !

N’hésitez pas à participer à une et pourquoi pas toutes les séances prévues :

PREMIERE SEANCE MERCREDI 24 AVRIL : « S’EMERVEILLER UN PEU »
Inscrivez vous en cliquant sur le lien suivant : Inscription

DEUXIÈME SÉANCE MERCREDI 29 MAI : « CONNAîTRE L’HISTOIRE POUR PENSER L’AVENIR »
Inscrivez vous en cliquant sur le lien suivant : Inscription

TROISIEME SEANCE MERCREDI 26 JUIN : « LES INSECTES ET VOUS ! « 
Inscrivez vous en cliquant sur le lien suivant : Inscription

QUATRIEME SEANCE MERCREDI 24 JUILLET : « UN MONDE SANS INSECTE »
Inscrivez vous en cliquant sur le lien suivant : Inscription

Pour plus de renseignement, rendez-vous sur le site de l’OPIE

Sources

Webinaires de l’Opie – Office pour les insectes et leur environnement

Non classé

L’hespérie de la mauve

Joli papillon de la famille des Hespéridés, l’hespérie de la mauve est distribuée dans toute l’Europe et bien qu’elle soit peu commune sur le territoire. De mai à août cette Hespérie papillonnera dans les coteaux fleuris et les prairies humides qu’elle affectionne particulièrement.

Les chenilles de ce papillon se trouvent principalement sur des Rosacées (une famille cosmopolite qui comprend aussi bien des plantes herbacées vivaces que des arbustes ou des arbres), notamment des potentilles tels que le fraisier des bois ou encore la ronce commune. En revanche, elle ne pond pas sur les mauves… Il semblerait qu’elle est été confondue avec l’hespérie de l’alcée il y a de cela quelques siècles et le nom sera resté.

Pyrgus malvae, l’hespérie de la mauve © CACP – Emilie Périé

Le dessus des ailes gris brun, est marqué par de nombreuses taches blanches de même taille mais, contrairement à l’hespérie des sanguisorbes, le bord des ailes antérieures est dépourvu de la série de taches parallèle au bord. Le dessous des ailes, gris jaunâtre ou verdâtre, parfois roux, présente des taches blanches anguleuses dont une forme d’enclume sur les ailes postérieures.

Sources

Pyrgus malvae – INPN (mnhn.fr)

Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites – Edition Belin, 2016 de Dominique Martiré, Franck Merlier et Bernard Turlin

Papillons de jour en Brie des Morin ; édition TERROIRS

Dans la famille des hespéries, retrouvez :

L’hespérie des sanguisorbes

L’hespérie de l’alcée

La sylvaine