Non classé

Une beauté céleste dans les jardins terrestres

Bravo à celles et ceux qui ont trouvé notre belle stellaire !

Largement distribuée en Île-de-France, on vous présente la Stellaire holostée, Stellaria holostea. Cette plante herbacée vivace appartient à la famille des Caryophyllacées et fleurit généralement au printemps et au début de l’été (avril à juin). Ses fleurs, d’un blanc pur, sont souvent mises en valeur par un feuillage vert vif, créant un contraste saisissant avec le paysage environnant.

Stellaire holostée, Stellaria holostea – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Originaire des régions tempérées de l’hémisphère nord, la fleur stellaire holostée pousse dans les prairies, les lisières forestières et les zones herbeuses. Elle se caractérise notamment par ses tiges rudes portant des grappes de petites fleurs blanches disposées en forme d’ombelle au sommet. Chaque tige mesure 30 à 60 cm, les fleurs vont de 20 à 30 millimètres de diamètre et sont bien plus grandes que les sépales.

Stellaire holostée, Stellaria holostea © CACP – Gilles Carcassès

La Stellaire holostée tire son nom évocateur de la disposition étoilée de ses petites fleurs blanches mais aussi de ses tiges rigides et cassantes évoquant des « os ». Le terme grec holos veut dire «entier» et osteum «os», holostea est donc «tout en os» !

Sources

Flore d’Ile-de-France – Clés de détermination, taxonomie, statuts par Philippe Jauzein et Olivier Nawrot – Collection guide pratique 2013

Flore d’Ile-de-France par Philippe Jauzein et Olivier Nawrot – Collection guide pratique 2011

Non classé

Photos mystères mars 2024 🔍

Cergy © CACP – Gilles Carcassès
Neuville © CACP – Gilles Carcassès
Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Les plantes que nous cherchons sont…

Aux feuilles vertes et charmantes,
Elles sont riches en protéines.
On les trouvent souvent parmi nos amis à trois feuilles,
Parfois quatre pour les plus chanceux.
Pour les animaux, elles sont divines !

🦋 Bonus à ceux qui reconnaissent le papillon sur la photo n°2 !

Non classé

La fougère langue de cerf 🦌

Bravo à celles et ceux qui ont trouvé notre fameuse fougère !

La fougère langue de cerf, Asplenium scolopendrium (et anciennement Phyllitis scolopendrium) et plus communément nommée Scolopendre, est une fougère de la fameuse famille des Aspleniacées.

Lors d’un inventaire, d’une promenade en ville ou encore en forêt, nos équipes l’ont prise en photo et nous sommes ravies de vous la décrire. Elle est une plante assez mal connue et pourtant relativement présente sur le territoire d’Île-de-France.

Asplenium scolopendrium – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Généralement on reconnait les fougères par leur caractéristiques typiques : une fondre composée d’un pétiole long et fin, un limbe (feuille) découpé régulièrement et, au temps des amours, des spores au revers de leur fronde. La Fougère mâle, Dryopteris filix-mas est très connue pour cet aspect.


Pourtant notre Scolopendre choisit de faire la différence et se retrouve ainsi catégorisée dans les fougères atypiques. Elle possède un limbe non-divisé rappelant cette fameuse langue de cerf qui peut mesurer entre 20 et 60 cm. La disposition de ses sores au revers de sa feuille évoque un mille pattes, Scolopendra en grec, ce qui lui vaut son nom scientifique.

Pour vivre, elle s’accommode d’un substrat neutre à calcaire, dans des recoins relativement ombragés comme les murs ou encore les sous-bois humides. En hiver notre langue de cerf reste verte durant toute la période !

Par ailleurs dans l’antiquité, on lui attribuait des vertus contre les maladies du foie et de la rate. Aujourd’hui on lui donne plutôt des vertus pour soulager la toux et les bronchites.

Asplenium scolopendrium – La Roche-Guyon © CACP – Gilles Carcassès

La langue de cerf a la particularité d’être protégée dans certains territoires français et est considérée comme une espèce déterminante de l’inventaire ZNIEFF dans 3 régions.

Pour en savoir plus sur les fougères

Fougères des vieux murs – Nature en ville à Cergy-Pontoise

Sources

Asplenium scolopendrium – MNHN

Fiche plante Fougère langue de cerf – Florif.fr

Statut de protection et ZNIEFF

Non classé

Photo mystère de janvier 2024 🔍

© CACP – Gilles Carcassès

Avant la domination des plantes à fleurs et à graines, je formais de vastes forêts au carbonifère, il y a environ 300 millions d’années.

Le temps et l’évolution m’ont permis d’être toujours présente sur le territoire français. Je porte un nom alléchant qui rappelle le grand roi de la forêt…

Qui suis-je ?

A lundi pour la réponse !

Non classé

Photo mystère de Septembre 2023

Aujourd’hui, nous reprenons le rythme avec un quiz « Question pour un bota-champion » :

Les champs et friches à Courdimanche © CACP – Emilie Périé

Je fais partie de la même famille que la carotte, l’anthrisque commun, l’angélique ou encore l’étonnant panicaut champêtre.

Je suis une plante introduite de longue date dans les milieux agricoles sur le territoire francilien.

Sans l’intervention de l’Homme dans ma croissance, je peux mesurer de 30 à 80 centimètres.

Mon important développement dans certaines cultures maraichères ou céréalières me vaut parfois le fait d’être considéré comme une adventice nuisible.

Malgré tout, je suis aujourd’hui devenue très rare en Ile-de-France.

Mes fleurs rassemblées en ombelles de fleurs blanches apparaissent de juillet à août.

Mon nom est atypique mais inspire cependant la confiance.

Qui suis-je ?

À lundi pour la réponse !